Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Une relance encore sous tension

« Le premier semestre 2021 s’inscrit en net rebond par rapport à celui de 2020 », indique la Fédération Française du Bâtiment (FFB). Ainsi, la reprise est très nette dans la construction de maisons individuelles avec des mises en chantier qui progressent de 4% en glissement annuel. Celle-ci suit l’envolée de 18,3% des permis et de 16,3% des ventes. La FFB table donc sur une année 2021 qui ressortira meilleure que prévu sur ce segment.

 

Des carnets de commandes bien remplis

En même temps, un retour à une meilleure situation se dessine progressivement en amélioration-entretien. Dans la seule rénovation énergétique, la tendance ressort en hausse de 4,1%. Le syndicat professionnel table sur « un quasi-retour d’avant crise fin 2021 pour l’ensemble de l’amélioration-entretien ». À cela s’ajoutent les 4214 projets de rénovation énergétique des bâtiments d’Etat retenus dans le cadre du plan France Relance.

A l’inverse, les tendances demeurent mauvaises pour la construction de logements collectifs et de bâtiments non résidentiels. Dans le logement collectif, les mises en chantier s’améliorent un peu, enregistrant une hausse de 3,5% sur deux ans, du fait surtout des reports de projets non réalisés en 2020. Dans le non résidentiel l’inquiétude demeure sur tous les segments du marché, avec un recul fort depuis deux ans y compris de la commande publique.

La FFB anticipe un repli de 5% de l’activité par rapport à 2019. Mais ce repli global ne doit pas masquer des carnets de commandes qui restent bien garnis et des perspectives d’activité bien orientées. Elle relève également les difficultés d’approvisionnement qui perdurent pour nombre de matériaux, le bois en premier lieu, ce qui désorganise les chantiers et rend compliquée la réponse aux appels d’offre.

 

Entretien-rénovation : les particuliers au rendez-vous

De son côté, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) estime que l’activité a retrouvé son niveau de 2019. L’entretien-amélioration est fortement dynamisé par les demandes de particuliers, notamment pour améliorer la performance énergétique des logements. Mais le contexte de pénurie des matières premières, dont les prix s’envolent, pèsent sur la croissance à venir.

Selon l’enquête CAPEB/Xerfi, 76% des entreprises artisanales du bâtiment déclarent une hausse des prix des matériaux et 57% des ruptures d’approvisionnement. Une telle situation a un impact sur les retards et reports de chantiers. Certains métiers sont plus touchés que d’autres : 86% des serruriers-métalliers et 57% des électriciens sont concernés.

« Le secteur se porte bien malgré les freins que les commandes et les chantiers subissent : manque de main d’œuvre qualifiée et pénurie de matériaux. L’artisanat du bâtiment a su mobiliser toutes ses ressources : organisation, accroissement de la productivité, adaptation du temps de travail. C’est comme cela qu’il a pu répondre à une demande supplémentaire, notamment exprimée par les particuliers » souligne le président de la CAPEB, Jean-Christophe Repon.

 

Belles hausses régionales

La croissance dans le neuf atteint 30% au premier trimestre 2021 (contre -22% au premier trimestre 2020, marqué par l’arrêt total de l’activité. L’évolution est positive pour le collectif (+8,4%) et pour l’individuel (+9,3%), avec toutefois un redémarrage moins marqué des permis de construire délivrés (+1,3%). Dans l’ancien, la croissance est jugée inédite, avec un record de croissance de 42% dans l’entretien-rénovation par rapport au second trimestre 2020.

Au niveau régional, les hausses sont particulièrement marquées dans les Hauts-de-France et l’Occitanie (+40%) , la Bourgogne Franche-Comté (+39%), la Bretagne et l’Auvergne-Rhône-Alpes (+38%). La région PACA se situe un peu en retrait (+ 32%) de la moyenne nationale (+37%) ;

 

Très forte reprise de l’emloi

En termes d’emploi, le dynamisme de l’activité de l’artisanat du bâtiment a accru encore le besoin de main d’œuvre qualifiée : 18% des artisans ont cherché à embaucher au 1er semestre 2021 et 14% l’ont fait. On note que 14% des entreprises artisanales espèrent embaucher des salariés supplémentaires (contre 4% seulement un an plus tôt). La prévision d’embauche des entreprises artisanales de moins de 20 salariés est de l‘ordre de 25 000 personnes pour l’année 2021.

Pour sa part, la FFB évoque « l’impressionnante dynamique de l’emploi dans le secteur ». Par rapport au premier semestre 2019, près de 70 000 postes ont été créés dans le bâtiment malgré la perte de 5300 équivalent-emplois à temps plein en intérim. Avec 5,6% de croissance sur deux ans, la construction s’avère le seul grand secteur à afficher des hausses d’effectif salarié ;

« Le bâtiment joue pleinement son traditionnel rôle d’entraînement socio-économique dans le pays, sur tout le territoire » estime Olivier Salleron, président de la FFB.

Et le secteur continue à se mobiliser pour l’emploi :  c’est ainsi qu’a été signée en avril 2021 une convention nationale ayant pour objectif de favoriser l’accès aux entreprises du bâtiment à 15 000 jeunes, demandeurs d’emplois et stagiaires issus prioritairement des quartiers de la politique de la ville (QPV) et ressortissants hors UE.

 

L’équipe Avisé

Sources :

batiactu.com

lesechos.fr

 

Crédit photo : Pixabay