Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Aéronautique : faire décoller la filière en Auvergne-Rhône-Alpes

La Région Auvergne-Rhône-Alpes s’engage pour faire décoller la filière aéronautique à travers un plan global d’un montant de 137 millions d’euros. Il a été présenté début novembre 2018 à Lyon par Laurent Wauquiez, son président. 

 

Industrialiser la fabrication additive

Ce plan comprend notamment un programme d’appui à la fabrication additive, baptisé AEROPRINT et coordonné par Dassault Aviation. La filière aéronautique se trouve en effet confrontée à différents défis à relever pour maintenir et accroître sa compétitivité : croissance du trafic aérien mondial, raréfaction de certains matériaux, allègements des pièces en dépit de leur complexité croissante, poursuite de l’excellence en matière de fiabilité et de qualité… L’une des réponses à ces enjeux est l’utilisation de la fabrication additive dans des conditions de production industrielle.

Pour répondre aux besoins exprimés par les entreprises, la Région s’est donc engagée à soutenir à hauteur de 10 millions d’euros un grand projet collectif qui sera de plus de 25 millions d’euros, sous la houlette de Dassault Aviation. Il comprend la réalisation d’une plateforme industrielle collaborative sur le site d’Argonay en Haute-Savoie, qui sera soutenue pendant quatre ans. Cette plateforme mettra en relation les industriels du secteur, les laboratoires et les centres techniques qui devront articuler leurs actions pour garantir des retombées économiques en région, au bénéfice des PME/ETI régionales.

Après une phase de pré-industrialisation en 2020, les premières industrialisations sont prévues à partir de 2022.

 « Auvergne Rhône-Alpes apporte son soutien au projet AEROPRINT qui va permettre de franchir un cap et d’industrialiser la fabrication additive. Avec l’installation de la plateforme collaborative à Argonay, la Région ambitionne de devenir leader de l’impression 3D et de classer parmi les cinq plus grandes régions européennes de l’aéronautique dans les dix prochaines années » a expliqué Laurent Wauquiez.

Et Eric Trappier, Pdg de Dassault Aviation de compléter : « Le projet AEROPRINT est une dynamique d’excellence regroupant tous les acteus publics et privés d’Auvergne-Rhône-Alpes qui vont unir leur expertise et savoir-faire, pour créer, avec le soutien de la Région, une filière de référence dans la fabrication additive ».

 

Lire aussi : L’impression 3D métallique à l’aube d’une révolution

 

Déjà un écosystème

Auvergne-Rhône-Alpes, première région industrielle française, dispose déjà d’un écosystème dans le secteur aéronautique qui couvre l’ensemble de la chaîne de valeur allant de la recherche fondamentale aux industriels qui fabriquent des poudres, des alliages et des machines d’impression 3D, en passant par des laboratoires d’excellence qui élaborent des matériaux. Elle est la seule en France à avoir des compétences sur deux technologies clés de l’impression 3D (laser et électron).

Elle abrite actuellement 350 entreprises dans l’aéronautique et le spatial, employant 30 000 personnes et réalisant 3,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ces entreprises sont essentiellement présentes dans les matériaux innovants, l’électronique et les systèmes embarqués ainsi que dans la maintenance. Le projet AEROPRINT va lui permettre d’industrialiser la fabrication additive dans l’aéronautique.

 

Objectif formation

Laurent Wauquiez a par ailleurs indiqué que la Région était prête à financer des stages d’un an dans les PME de la région pour les étudiants des grandes écoles, afin de les convaincre que ces entreprises offrent aussi de très belles opportunités de carrière.

La plus grosse partie (53 millions d’euros) du plan de 137 millions sera il est vrai dédié à la formation et au recrutement. Un campus aéronautique va être créé sur l’enceinte de la base aérienne de l’Armée de l’Air à Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain. Opérationnel en juin, il formera  dans un premier temps 300 jeunes, avec un objectif à court terme de 500 élèves. Les formations seront centrées sur les besoins des entreprises et viendront en complément de celles déjà proposées sur le campus aéronautique Auvergne à Aulnat, où 1 million d’euros sera investi.

Ce plan à l’intention des entreprises du secteur comprend aussi 30 millions d’euros pour la modernisation des équipements, 26 millions d’euros pour l’innovation et 13 millions d’euros pour l’accompagnement à l’international.

 

 

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

dassault-aviation.com

lepoint.fr

 

Crédit photo : Pixabay