Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Décolletage : le luxe et le médical participent à la reprise

Le luxe et l’horlogerie jouissent d’une culture particulière dans le décolletage en lien avec l’histoire de cette profession, à l’origine, artisanat exercé par les paysans de la Vallée de l’Arve pour les fabriques horlogères suisses du début du XVIIIème siècle. Ces deux secteurs ainsi que celui du médical représentent des possibilités de diversification pour le décolletage.

 

Un marché de niche à forte valeur ajoutée

« Les marchés du luxe et du médical sont des marchés de diversification à forte valeur ajoutée et à potentiel pour les pièces décolletées » rappelle Camille Pasquelin, nouvelle directrice du SNDEC, le Syndicat national du Décolletage, activité représentée à  70% en Haute-Savoie, en Vallée de l’Arve. « Le luxe et notamment l’horlogerie est une activité historique pour le décolletage ». Les clients sont aujourd’hui ainsi davantage implantés en Suisse qu’en France.

Selon une étude prospective sur l’évolution des compétences réalisée en 2019 par l’Observatoire de la métallurgie en partenariat avec le SNDEC entre autres, par le cabinet Katalyse, il ressort que le luxe est un marché de niche à forte valeur ajoutée pour le décolletage, dépendant du carnet de commandes de l’horlogerie suisse. Le décolletage français est en effet le deuxième fournisseur de composants horlogers de la Suisse. Il est cependant difficile de quantifier le chiffre d’affaires généré sur ce marché.

Cela va de la fabrication de composants pour les bracelets de montres jusqu’à l’horlogerie gros volumes avec des clients tels que Rolex ou Swatch. Un marché très largement tourné vers l’international avec 25% de l’exportation vers la seule Suisse. La production française, quant à elle très largement implantée en Bourgogne-Franche Comté, constitue aussi une forte clientèle. Les décolleteurs-souvent des TPE- fabriquent des pièces sur mesure et des petites séries voire des très petites séries.

L’industrie horlogère « a tiré vers le haut » la filière, augmentant la qualité, la technicité et le niveau de précision des décolleteurs. Les entreprises actives sur ce marché mettent en place une stratégie de niche sur mesure et où les relations priment pour la captation de marchés. Pour réussir le besoin de créer un réseau très proche de clients et prégnant, d’où l’intérêt de visiter l’EPHJ en présentiel, facilitant les échanges et les contacts.

 

La cosmétique de luxe aussi

Une déclinaison s’opère également vers la cosmétique de luxe, avec la production de pièces ouvragées de bouteilles de parfums en métal. Certaines entreprises du secteur, un peu plus grandes, déjà présentes dans l’automobile, ont par ailleurs développé des projets de montée en puissance dans le domaine cosmétique avec plus de quantités à fournir. Deux d’entre elles participent d’ailleurs au fonds de modernisation mis en place par le gouvernement pour redynamiser l’industrie. Et le décolletage jurassien est d’ailleurs lauréat avec un projet de diversification sur le marché cosmétique.

 

Le médical joue la carte de la haute précision

Le médical est également un marché répondant au besoin de pièces de précision à forte valeur ajoutée, à forte réglementation, et en forte croissance. Il exige des entreprises du décolletage une montée en compétences, avec des normes et des certifications particulières. Il s’est développé surtout depuis la crise de 2008,et est représenté dans la région avec des sociétés à l’exemple d’Euroteknika ou Anthogyr, mais aussi  Fedele, Cullafroz, La Précision, Jacquemoux, Lacroix Pellisson, Inodec...

Deux positionnements sont possibles pour les décolleteurs (nécessitant des savoir-faire différents) : l’implantable (implants) ou le non-implantable (instruments médicaux). La stratégie de pénétration de ce marché de la santé devant prendre en compte une clientèle double : dentistes & professions médicales et/ou laboratoires et entreprises de dispositifs médicaux.

Le marché du médical a atteint 4,2% du chiffre d’affaires du décolletage, après avoir engrangé une valorisation de +25,7% entre 2010 et 2017, preuve d’un vrai développement. Pour autant, d’une approche complexe et soumis à de fortes contraintes réglementaires, ce marché n’a pas encore pris l’ampleur attendue.

 

Des groupes « marchés » pour chasser en meute

Pour rappel, le SNDEC a créé des groupes « marchés » au travers de son action NEXIN©, qui ont vocation à développer l’export en permettant aux entreprises de chasser en meute en France comme à l’étranger. Il existe un groupe aéro, un groupe automobile, un groupe médical en stand-by depuis la crise du COVID mais qui va redémarrer (avec l’idée de développer un partenariat avec Medicalp, le cluster spécialisé dans les Medtech du sillon alpin), et enfin un groupe luxe en cours de création.

« On peut dire que le marché du luxe et celui du médical sont des marchés de diversification très réglementés qui exigent des entreprises une stratégie robuste » conclut Camille Pasquelin, confiante de voir celles-ci profiter au maximum de leur venue à l’EPHJ, à Genève.

Quant à la Région Auvergne-Rhône-Alpes, elle soutient à fond plusieurs projets dans le médical, auxquels sont associés des décolleteurs de renom dont Savoy International pour la fabrication de masques, projet industriel allant jusqu’à l’intégration de la fabrication du matériau filtrant le meltblown. La filière santé, recentrée en termes de stratégie, fait, quant à elle, l’objet d’un fonds spécifique dans le cadre du plan France Relance.

 

500 entreprises de haute précision à Genève

Du 14 au 17 septembre, Genève rassemblera les acteurs des secteurs de la haute précision (horlogerie-joaillerie, Microtech et Medtech) à Palexpo. Une bonne occasion pour les professionnels du décolletage de découvrir ou présenter les nouveautés des secteurs du luxe et du médical, en plein essor.

Le salon EPHJ regroupera quelque 500 entreprises actives dans les domaines de la haute précision : sous-traitance horlogère, microtechnologie et technologies médicales. Autant de domaines où s’illustrent de plus en plus de décolleteurs, le plus souvent des TPE très innovantes.

Pour y participer, le passe sanitaire s’imposera:  à l’entrée, seront demandés un test PCR ou une attestation de vaccination ou une preuve de COVID contracté depuis moins de 6 mois. Cela permettra d’être plus confortable à l’intérieur de Palexpo et de renoncer à l’usage du masque. Un avantage pour faciliter les contacts entre exposants et visiteurs.

Les visiteurs internationaux hormis les Européens en provenance des pays voisins, seront moins nombreux. « Le dynamisme de cette reprise industrielle dépend de tout le monde » estime cependant Alexandre Catton, directeur du salon EPHJ.

 

Des décolleteurs présents

Et d’ajouter : « La quantité et la qualité des innovations qui y seront présentées, la nécessité de se rencontrer à nouveau pour redynamiser les affaires et le rappel qu’EPHJ est un lieu d’échange unique en son genre pour faire du business et signer des contrats » sont autant de raisons de s’y rendre.

C’est ce que fera une dizaine d’entreprises du décolletage, actives dans la vallée de l’Arve, qui viendront à la rencontre de leurs fournisseurs, clients et prospects, en mission collective avec Auvergne Rhône Alpes Entreprises, l’agence économique de la région.

C’est aussi le choix d’une dizaine d’entreprises conduites par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat d’Auvergne-Rhône-Alpes qui ont décidé d’exposer sur un stand commun. Il s’agit notamment de Neologix, Expertise Vision, Ellistat, L’O Découpe, Siltronics  ou encore M20.

 

L’équipe Avisé

 

Sources : EPHJ et SNDEC

 

Crédit photo : Micordec