Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Économie circulaire : l’objectif de 100 % des plastiques recyclés en 2025 est-il réaliste ?

Fin avril, le ministère de la Transition écologique et solidaire a dévoilé sa feuille de route pour une économie 100 % circulaire. Elle est constituée de 50 mesures axées sur 4 thématiques : mieux produire, mieux consommer, mieux gérer nos déchets et mobiliser tous les acteurs. Les entreprises sont concernées par 38 de ces mesures.

 

Les entreprises concernées par 38 des 50 mesures de la feuille de route

Mieux produire

L’ensemble des mesures de cette partie concerne les entreprises. L’objectif principal étant d’inciter les entreprises à s’engager à intégrer davantage de matières recyclées dans les produits. Les premiers secteurs concernés sont : l’emballage, le bâtiment, l’automobile, ou les équipements électroniques et électriques. L’État prévoit notamment d’accompagner les TPE-PME volontaires par l’Ademe grâce au dispositif « TPE & PME gagnantes sur tous les coût ».

 

Lire notre article : "L'ADEME propose un accompagnement pour réduire le gaspillage et faire des économies"

 

mieux produire

 

Les objectifs clés

  • Inciter à une montée en gamme et une différenciation des produits par une meilleure performance environnementale
  • Produire mieux avec moins de ressources non renouvelables
  • Incorporer plus de matière première recyclée en particulier pour le plastique
  • Créer des emplois et répondre aux besoins en formations pour les nouveaux métiers ou les nouvelles compétences de l’économie circulaire

La feuille de route cite en exemple Arjowiggins Graphic, une entreprise française de production de papiers recyclés de haute technicité et de papiers de spécialités. « Arjowiggins Graphic est un pionnier de l'économie circulaire : 60 % des matières premières fibreuses sont issues de la collecte et du recyclage des papiers. Une collecte menée dans un périmètre restreint autour des sites de fabrication et qui génère environ 250 emplois dans le domaine de l'économie sociale et solidaire. Des processus de fabrication innovants permettent de répondre aux exigences qualitatives des clients tout en respectant les contraintes les plus fortes en termes d'impacts environnementaux : 93 % des résidus de fabrication sont valorisés dans des filières de recyclage. Des performances couronnées dès 2009 par l'Ecolabel Européen pour l'ensemble des gammes « Impression – Écriture ». »

 

Mieux consommer

Les mesures énoncées dans cette partie vont permettre d’apporter une meilleure information aux consommateurs sur l’impact des produits consommés. L’objectif principal étant du fait de la pression des consommateurs d’inciter les entreprises à proposer des produits plus durables et/ou réparables, avec un plus faible impact environnemental.

La feuille de route prend l’exemple du groupe Seb et de la présence du logo « réparable 10 ans » sur leurs produits. « Réparer ce qui dysfonctionne au lieu de remplacer : c’est le choix du Groupe SEB avec des produits conçus dès l’origine pour être plus démontables et des pièces majoritairement individualisées, dont les prix ont baissé de 30 % en 2012, et disponibles au minimum 12-15 ans après l’arrêt de fabrication. Pour réparer plus, les études consommateurs ont aussi montré la nécessité d’une information directe : elle est concrétisée depuis 2015 par le logo « réparable 10 ans » apposé sur chaque produit répondant à un cahier des charges strict. Résultat : 8 % des consommateurs qui confirment désormais choisir un produit parce qu’il est « 10 ans réparable » alors même que ce n’était pas leur premier choix. Et plus 39 % de produits réparés hors garantie sur 2012-2017, soit 300 000 produits par an dont la durée de vie a été prolongée, du grille-pain aux aspirateurs. »

 

mieux consommer

 

Les objectifs clés

  • Donner aux consommateurs les moyens d’une consommation plus responsable
  • Allonger la durée de vie des produits
  • Créer des emplois pérennes, notamment issus de l’économie sociale et solidaire, dans le secteur de la réparation
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire

 

Mieux gérer nos déchets

Après le production et la consommation, cette partie est axée sur la fin de vie des produits qui doivent être correctement triés et recyclés pour élever le taux de déchets valorisés.

 

Mieux gérer nos déchets

 

Les objectifs clés

  • Viser la collecte de 100% des déchets recyclables
  • Rendre le tri des déchets beaucoup plus simple pour les Français
  • Sortir les biodéchets des poubelles, dont le gisement s’élève à 22 millions de tonnes pouvant être revalorisées
  • Accélérer la mise en place de la tarification incitative de la gestion des déchets
  • S’assurer que les entreprises et les administrations qui produisent de grandes quantités de déchets respectent leurs obligations vis-à-vis du tri à part des 5 flux de déchets les plus facilement recyclables : métal, papier, bois, plastique, verre
  • Pour les déchets du BTP : fixer des objectifs de tri et de recyclage lors des déconstructions mais également pendant la phase de construction

 

Mobiliser tous les acteurs

Cette partie de la feuille de route met en avant l’importance d’une action coordonnée et la multiplication des démarches « d’écologie industrielle et territoriale » pour permettre cette transition vers une économie circulaire. C’est un engagement que doit prendre l’ensemble des acteurs sur les territoires dont les acteurs économiques comme les entreprises.

 

Mobiliser tous les acteurs

 

Les objectifs clés

  • Informer, éduquer et former tous les acteurs à l’économie circulaire
  • S’appuyer sur le levier décisif de la commande publique
  • Mobiliser collectivités et entreprises dans les territoires
  • Installer une gouvernance pérenne
  • Accompagner la transition vers l’économie circulaire par un financement adapté

 

Feuille de route économie circulaire

Pour en savoir plus sur les 50 mesures pour une économie 100% circulaire : Feuille de route économie circulaire 50 mesures pour une économie 100 % circulaire (.pdf)

 

ORPLAST pour promouvoir l’intégration de matières plastiques recyclées

En marge de la publication de la feuille de route économie circulaire, l’Ademe a publié la liste des 26 lauréats de la deuxième édition de l’appel à projet Orplast.

Le dispositif ORPLAST, pour Objectif Recyclage PLASTiques, vise à soutenir financièrement l’intégration de matières plastiques recyclées par les plasturgistes qui effectuent la transformation de la matière première en produits.

L’objectif est de soutenir le recyclage par l’aval de la filière en créant une augmentation des volumes de MPR (matière première de recyclage) consommés.

Les 26 projets bénéficieront de 6 millions d'euros d'aide, sur un volume d'activité d'environ 53 millions d'euros. Les principaux secteurs utilisateurs de la filière plastique, notamment le BTP, les emballages (embouteillage, films…) et l'automobile, sont représentés dans les projets retenus.

Le détail du dispositif de l’ADEME : https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/ORPLAST2017-68#resultats

 

L’équipe Avisé

 

Sources : Ministère de la Transition écologique et solidaire, 04/2018

L'Usine Nouvelle, 24/04/2018

Actu environnement, 24/04/2018

Crédit visuel : Ministère de la Transition écologique et solidaire