Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Jeux et jouets : en attendant Noël…

23/11/2017
Mots-clés: 

En France l'an dernier, 226 millions de jouets ont été vendus, soit une dépense annuelle de 248 € par enfant. Ce qui fait de la France le 2è marché européen (après le Royaume-Uni) et le 5è marché mondial (source : panel NPD EPoS).

Selon un sondage réalisé en septembre pour LSA et une enquête spéciale Noël réalisée pour le label « Approuvé par les familles », plus de 60% des cadeaux pour les enfants sont achetés avant décembre et les répondants sont plus nombreux à vouloir dépenser plus pour les cadeaux des enfants.

 

achats-noël

 

Le budget cadeaux pour les enfants : +21,5%

Le marché du jouet devrait connaitre une croissance de + 3%  sur la période de Noël. Preuve que le jouet reste une valeur sûre et que le budget est largement préservé par les familles à l’occasion de Noël. Rappelons que Noël est un moment crucial pour la filière : le 4è trimestre représente en effet 58% des ventes de l’année, et le seul mois de décembre 33% (source : panel NPD EPoS).

  • Concernant le budget moyen pour Noël, celui-ci va progresser de 21,5% cette année, à 128,76€ par enfants, contre 106€ euros en moyenne en 2016. 
  • Six parents sur dix achètent de 1 à 3 cadeaux par enfant
  • 70% des enfants font encore une liste aux Père Noël
  • Les enfants reçoivent entre 1 et 8 cadeaux
  • Pour les parents, l’argent comme cadeau est plutôt envisagé de la part des autres membres de la famille que de la part des parents (grands-parents ou autres membres de la famille). En moyenne cela représentera 78.24€.
  • De même, le groupage de cadeaux (se mettre avec les grands parents par exemple pour acheter un plus gros cadeau), est occasionnel à 42% seulement.

dépenses-noël

 

 

Les distributeurs doivent évoluer

Selon l'enquête "Noël" du label « Approuvé par les familles », ces achats se font de plus en plus par le biais d’internet. En effet, la part des parents qui se renseignent et achètent sur internet a grimpé de 6 points, à 33%, depuis 2016, à laquelle s'ajoutent les 18% qui se renseignent en magasin et achètent sur internet. Toutefois, ils sont encore 18% à continuer à faire tout en magasin.

 

Les distributeurs doivent donc évoluer avec ces pratiques pour rester dans la course :

  • L’essor du Net s’est ajouté à la pression concurrentielle, déjà forte à Noël, des hypermarchés
  • Les spécificités du jouet (offre banalisée, saisonnalité, effets de mode) compliquent la donne pour les spécialistes
  • Les attentes des clients évoluent vers une efficacité opérationnelle sans faille, des services et du sens

 

Les produits stars cette année ?

Enfin, pour cette fin d'année 2017, la Fédération française des industries Jouet-Puériculture fait plusieurs prévisions :

  • Jeux de société : ils continuent leur ascension au travers des escape games, des jeux de stratégie famille ou encore des jeux traditionnels, l'expérience de jeu permettant convivialité et échange.
  • Licences : l’actualité n'a jamais présenté autant de blockbusters au cinéma, depuis cet été et jusqu'à la fin de l'année, influençant amplement les ventes du Jouet sous licence, tel que les Jeux d’actions et les Véhicules. En parallèle, les séries animées télé rencontrent un fort succès, démontrant l'importance de la créativité du contenu proposé aux enfants.
  • Jouets traditionnels : les grands classiques, tels que les poupées et les jouets traditionnels, qui ont axé leur stratégie sur le renouvellement et l’innovation, vont largement contribuer à augmenter le nombre de jouets dans la hotte du Père Noël cette année.
  • Jouets technologiques : en 2017 plus que jamais, la technologie s'est invitée dans les jouets (drones, robots, peluches, etc.) en pénétrant toutes les catégories. Les achats de jouets STIM (Science, Technologie, Ingénierie, Mathématiques) seront vraisemblablement favorisés par l’instauration des programmes scolaires visant à enseigner le code informatique en primaire et collège.

 

Des cadeaux appréciés

Un parent sur deux déclare que leur enfant s'est servi de "tous les cadeaux qu'il a eu à Noël dernier", un quart précisant qu'il y joue encore.

 

Et le "Made in France" dans tout ça ?

Le label « approuvé par les familles » faisait réaliser en novembre 2015 une enquête sur les cadeaux Made in France.

Il en résultait que « 3 parents sur 4 souhaitent acheter des cadeaux de Noël à leurs enfants fabriqués en France, principalement pour faire vivre l’économie française et être assuré du respect des normes de sécurité.

La principale raison qui les conduirait à ne pas acheter de cadeau Made in France reste le souhait de l’enfant : si le cadeau demandé est fabriqué à l’étranger, alors les parents renoncent à leur souhait. »

 

L’équipe Avisé

 

Sources : LSA, 19/10/2017

Institut Juniors&co, 26/10/2017

Institut Junior&co, 03/03/2016

La Tribune, 27/10/2017

itrnews, 19/10/2017

 

Crédit visuel : Stocksnap.io

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !