Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le secteur du meuble s’en sort de façon honorable

Après trois mois de fermeture des points de vente en 2020, le secteur du meuble s’en sort de façon « honorable » estime la profession représentée par la FNAEM, l’Ameublement français et l’IPEA dans une étude réalisée sur les résultats de la filière de l’ameublement. Les ventes ont reculé de « seulement » 4,8% à 12,73 milliards d’euros enregistrant un déficit de 650 millions.

« Si en valeur absolue, le résultat reste négatif, il n’en constitue pas moins un score plus qu’honorable au vu du contexte sanitaire, social et économique inédit de l’année » estiment les auteurs de l’étude.

 

Des facteurs encourageants

Plusieurs éléments positifs, qui se dégagent de l’année 2020, sont de bon augure pour les mois à venir.

L’IPEA relève un engouement massif des consommateurs français pour l’équipement de la maison dès la réouverture des points de vente en mai, avec des fréquentations soutenues et un fort effet de rattrapage. La croissance sur le marché est restée forte les mois suivants ainsi qu’en décembre. Novembre, en revanche a été marqué par de nouvelles fermetures de magasins.

Autre constat, le confinement a remis l’habitat au centre des préoccupations des Français. Il a permis d’impulser de véritables projets de réaménagement, d’achat de meuble et de décoration. Au cours du second semestre, les arbitrages des dépenses des ménages se sont faits en faveur de l’habitat.

Enfin, les consommateurs ont envie d’améliorer leur logement grâce à une montée en gamme des achats de mobilier. Les consommateurs sont à la recherche de produits plus qualitatifs en cas de nouveau confinement éventuel. Ils sont plus nombreux à mieux s’équiper et à y mettre le prix.

 

Le jardin seul segment en croissance

Au cours de l’année 2020 marquée par trois mois de fermeture de la majorité des points de vente de meuble, toutes les familles de produits affichent des résultats en recul sur l’exercice à l’exception notable du jardin, en croissance de 4,2%. Le confinement entre mars et mai aura été profitable au segment. Bloqués dans leur logement, les Français ont pris l’air dans leur jardin, sur leur terrasse ou leur balcon qu’ils ont donc aménagé au mieux.

Certains acteurs de la vente en ligne ont même multiplié leur chiffre d’affaires par deux au cours du mois d’avril. Contrairement à d’autres produits, le segment du jardin n’a pas connu de problèmes de stocks, ces derniers ayant été constitués juste avant le confinement.

 

Des problèmes de stocks pour certains segments

La cuisine a vu ses ventes reculer de -2,9%. Elle est redevenue une pièce à vivre pour toute la famille au moment des confinements, prête à accueillir de multiples activités : l’engouement des Français pour la cuisine intégrée est toujours présent.

Le meuble de salle de bains a enregistré un recul d’activité de -3,7%. Le changement de meubles s’accompagne généralement de la remise en état des sanitaires et des revêtements de murs ou de sol. Les deux confinements ont permis aux Français de dégager du temps et du budget d’autant que lors du second confinement, les surfaces de bricolage sont restées ouvertes : le mobilier de salle de bains a ainsi limité les pertes de l’exercice.

Les canapés, fauteuils et banquettes ont vu leurs ventes reculer de -5,3% en 2020. Le confinement a mis en évidence chez de nombreux ménages un manque de confort : les ventes de canapé ont repris depuis la mi-mai, ce dernier redevient aux yeux du consommateur un élément central du salon. Les spécialistes du salon, comme ceux de la cuisine, ont ainsi enregistré de bons résultats.

Le meuble meublant a lui connu un résultat en fort recul à -6,3%. Le marché a été fortement impacté par les problèmes de stocks qui ont allongé les délais et poussé les consommateurs à reporter ou annuler leur achat. Un point positif toutefois, les consommateurs ont constaté manquer de rangements lors des confinements, ce qui devrait soutenir les ventes dans les prochains mois.

La literie, enfin, a connu un fort recul d’activité de -8%. Le segment comme celui du meuble meublant a rencontré des problèmes de stocks, les usines françaises ayant fermé durant deux mois. En revanche, la profession relève une volonté de montée en gamme de la part des ménages qui a profité aux spécialistes de la literie entre les deux périodes de confinement.

 

 

Forte progression des ventes en ligne

Profitant de la fermeture des magasins de meubles pendant trois mois, les ventes en ligne enregistrent les meilleures progressions, dont les pures players qui connaissent à eux seuls une croissance de +6,5%. Selon les chiffres de la FEVAD, les ventes en ligne de mobilier et décoration des enseignes magasins confirment aussi leur progression : + 53% sur l’année, avec des pics à 100% lors des confinements. Ce qui s’est traduit par une accélération des livraisons à domicile, du click & collect et du drive.

Tous les segments du meuble ont profité du phénomène mais les meilleures performances sont celles enregistrées par le meuble de jardin, avec une croissance supérieure à 25% sur l’exercice. Au printemps, en plein confinement, la vente en ligne était le seul moyen de s’équiper rapidement pour profiter de son extérieur.

Malgré l’arrêt de l’activité immobilier (-6,9% pour les mises en chantier de logements neufs et -4% pour les transactions dans l’ancien, les circuits de distribution, notamment les spécialistes et les grandes surfaces de bricolage, ont tiré leur épingle du jeu.

 

Incertitude pour 2021

Pour les prochains mois, l’incertitude va porter sur la persistance des phénomènes constatés en 2020 : engouement pour l’équipement de la maison et montée en gamme, qui ont permis jusque-là de contenir le repli du marché.

D’autres éléments influeront aussi sur le marché du meuble en 2021 tels que la crise des matières premières avec les hausses de prix et l’allongement des délais qu’elle entraîne ou encore la situation de l’immobilier : les mises en chantiers devraient encore reculer de – 14%, selon une estimation de la Fédération Française du Bâtiment. Les changements de mode de vie engendrés par la crise, dont la montée en puissance du télétravail, auront eux aussi un impact sur le secteur du meuble.

 

L’équipe Avisé

Sources :

lsa-conso.fr

courrierdumeuble.fr

lesechos.fr

 

Crédit photo : Pixabay