Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Les atouts de la réalité virtuelle

Une enquête détaillée sur l’utilisation de la réalité virtuelle (VR) et augmentée (AR) en entreprise réalisée par CapGemini met en avant les bénéfices de productivité importants apportés par ces technologies. Elle pointe aussi les risques accrus de baisse de compétitivité pour les entreprises qui seraient trop frileuses. Quelque 709 professionnels  ayant une connaissance approfondie des initiatives AR/VR ont été interrogés entre mai et juin 2018.

Pour trois entreprises sur quatre, le rapport sur l’adoption des technologies immersives révèle des bénéfices opérationnels supérieurs à 10 %. La réalité virtuelle se traduit  en effet par une réduction des coûts et des délais de conception des produits. Exemple, l’industrie automobile. Renault économise 2 millions d’euros par an et réduit de 20 % le temps alloué à la conception de véhicules.

 

Réduire les erreurs de conception

Dans tous les secteurs industriels, les erreurs de conception existent. Mais détectées trop tardivement dans la phase de développement, elles se traduisent par des dépassements de délais et de budgets. La visualisation virtuelle du prototype en 3D à taille réelle permet dès la phase de conception d’appréhender chaque élément d’un projet, les volumes, le design... La réalité virtuelle peut aussi être associée à la simulation en conditions réelles d’utilisation. Résultat : une baisse drastique des erreurs de conception.

 

Moins de prototypes

La réalité virtuelle s’avère aussi un outil pour produire un prototype. Utilisée chez Seat, elle a permis de réduire de 50 % le nombre de maquettes physiques produites. Selon l’étude de Capgemini, les industriels de nombreux secteurs notamment les constructeurs automobiles et l’industrie aéronautique ont constaté qu’un développement de produit nécessite quatre fois moins de prototypes physiques en moyenne.

 

Autres usages

D’une façon générale, les technologies immersives représentent un outil précieux tout au long du cycle de production et de vie d’un produit : de la formation professionnelle à l’anticipation des problématiques ergonomiques des postes de travail, en passant par la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS, les procédures de maintenance, l’agencement des environnements industriels et même le marketing ou la vente, la réalité virtuelle facilite les interactions entre les différents métiers des entreprises.  Elle permet aussi de rassembler des collaborateurs éparpillés sur plusieurs sites de production.

 

Un déploiement à grande échelle

Près de 46 %  des entreprises interrogées estiment que les technologies immersives seront déployées à grande échelle au sein de leur organisation au cours des trois prochaines années et 38 % pensent que ce phénomène se déroulera dans les trois à cinq années à venir. 75 % des entreprises qui les ont déjà mises en œuvre déclarent constater des bénéfices opérationnels supérieurs à 10 %. Boeing aurait ainsi augmenté la productivité du câblage de ses avions de 40 %  grâce à la réalité augmentée. Ford a baissé les problèmes d’ergonomie sur ses lignes d’assemblage de 90 % au moyen de la réalité virtuelle.

Parmi les entreprises interrogées qui n’utilisent pas encore ces technologies, 50 %  d’entre elles prévoient d’y recourir au cours des trois prochaines années. L’étude relève une préférence pour la réalité augmentée par rapport à la réalité virtuelle chez 66 %  des répondants, la jugeant notamment plus facile à mettre en œuvre.

 

Le rapport intitulé Augmented and Virtual Reality in operations est accessible sur : capgemini.com

 

Lire aussi : Technologies immersives : quels enjeux et usages dans les entreprises ?

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

journaldunet.com

usine-digitale.fr

 

Crédit photo : StockSnap.io