Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Les jouets français retrouvent la cote

23/11/2018
Mots-clés: 

Le premier salon « Jouer français » organisé sous l’égide de l’Association des créateurs fabricants de jouets français (ACFJF) a rencontré son public, début novembre. Durant quatre jours, deux pour les professionnels, un pour les journalistes et influenceurs et un pour les familles, s’est déroulé cet événement au cœur du Paris de la création. Quelque 30 fabricants et 14 créateurs ont ainsi présenté leurs dernières nouveautés, notamment aux détaillants des enseignes spécialisées et représentants des grandes surfaces comme aux spécialistes de la vente en ligne. 

« Tous les patrons de la distribution étaient là avec leurs équipes pour encourager notre salon » explique Alain Ingberg, vice-président de l’association. « Les distributeurs vont accompagner Jouer français via différentes actions sur leurs catalogues de Noël, dans les rayons ou sur leurs sites internet ».

 

Un étendard français

Créée il y a bientôt cinq ans, l’Association des créateurs fabricants de jouets français remplit pleinement sa mission : servir d’étendard à la création et à la fabrication françaises en se mobilisant autour des marques et des savoir-faire présents dans l’Hexagone et reconnus dans le monde entier.

Au départ, en 2014, avec 6 entreprises, elle en compte aujourd’hui 44 réparties sur le territoire, toutes valorisées par un label : l’un rouge pour les fabricants, l’autre bleu pour les créateurs.

Les entreprises labellisées fabriquent presque 95% de leurs produits en France, certains domaines tels que la motorisation ou la production d’éléments numériques n’étant pas réalisés sur sol français. D’autres conçoivent leurs produits en France mais les font fabriquer à l’étranger pour des raisons fiscales ou de coût de main d’œuvre. Le label de créateur leur impose le rapatriement et la diffusion de la production en France.

 

11,5% de part de marché

Depuis quelques années, le jouet français se porte plutôt mieux et gagne même des parts de marché. Le marché du jouet français pèse 3,4 milliards d’euros : la production et la création Made in France ont atteint 460 millions. Hors exportations, la part de marché des jouets français atteint 11,5% (contre 9% en 2015). Au global, la production française représente 14% au niveau mondial (65% pour la Chine).

La France se place au 5e rang sur un marché mondial en plein essor, passé à 89 milliards de dollars en 2017, contre 77 milliards en 2012. Selon le groupe NPD, auteur d’une étude de marché pour « Jouer français », 230 millions de jouets ont été vendus dans l’Hexagone pour une dépense annuelle par enfant (0-9ans) de 299 euros.

 

Dans les grandes occasions

Les marques françaises sont le premier choix dans les grandes occasions : elles représentent 14% des ventes de jouets pour les naissances et les anniversaires. Des peluches Doudou aux jouets d’imitation Smoby, en passant par les poupées Corolle et le Mille Bornes, elles sont très prisées des grands-parents qui effectuent 30% des achats. La transmission intergénérationnelle s’ajoute ainsi à la qualité et à la tradition.

L’Association des créateurs et fabricants de jouets français remarque que les consommateurs sont d’ailleurs de plus en plus sensibles au Made in France, et acceptent même de payer un peu plus cher si la différence n’est pas trop grande. Ils peuvent ainsi influer sur l’emploi : 65% des personnes sondées se déclarent prêts à acheter plus volontiers un jouet fabriqué ou conçu en France.

De leur côté, les distributeurs valorisent aussi de plus en plus les jouets français dans leurs catalogues. A l’heure de la flexibilité dans les approvisionnements comme dans la fabrication, et d’une consommation plus responsable, produire en France redevient donc un atout.

« Les fabricants, qui ont fait beaucoup d’efforts pour mécaniser leurs unités de production peuvent aujourd’hui livrer en 48 heures » poursuit Alain Ingberg, qui a constaté l’engouement des distributeurs au moment du salon et table sur des commandes de dernière minute car les Français achètent de plus en plus tard mais continuent d’acheter. Les consommateurs ont, selon lui, conscience du fait que « nos achats sont nos emplois » et sont prêts à nouveau à acheter français.

 

Des contraintes à alléger

Pour autant, l’association relève aussi les contraintes qui pèsent sur cette industrie : poids des réglementations, poids sur la production, poids sur les produits, normes sur les bâtiments industriels… Autant de sujets qui impactent directement le prix de revient des jouets et donc le client final. Elle invite ses adhérents à rester mobilisés pour agir ensemble.

A défaut, le risque est grand de voir disparaître certaines marques ou certains savoir-faire alors que la qualité, l’authenticité des entreprises qui les conçoivent ou fabriquent est reconnue dans le monde entier. Le secteur a été durement affecté dans les années 80-90  avec la disparition de dizaines d’entreprises.

 

Les jouets les plus vendus

Les catégories phares de jouets de marques françaises sont :

  • Les activités artistiques (28%)
  • Les jeux de société et puzzles (21%)
  • Les jouets de plein air (17%)

 

La part des ventes annuelles est de 54% au 4e trimestre. A fin septembre 2018, les figurines d’action ont vu leurs ventes progresser de 19% et les poupées de 6%. Les jouets à collectionner qui pèsent pour 9% du total vendu ont fait un bond de 27 %.

Autre fait : les ventes en ligne continuent de croître (+ 14%). Elles ont représenté 29% du chiffre d’affaires total en 2017.

Les marques françaises ont su se renouveler, s’adapter à un consommateur exigeant et se positionner sur un type bien défini de produits : des produits authentiques, de qualité et faisant référence à des valeurs de jeu traditionnelles. Ces valeurs leur permettent de se démarquer à l’international et de promouvoir cet ADN de la création française, reconnu et facilement identifiable.

A l’export, les marques françaises rencontrent aussi du succès avec 40% du total réalisé à l’international, à l’instar de Sophie La Girafe.

 

Lire aussi : Jeux et jouets: en attendant Noël

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

ACFJF.fr

Groupe NPD

la-croix.com

fdesouche.com

 

Crédit photo : ACFJF

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !