Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

L’impression 3D métallique à l’aube d’une révolution

14/11/2018
Mots-clés: 

Toute la chaîne de valeur de l’impression 3D métallique est présente dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, de la conception jusqu’à la mise sur le marché, la plaçant en bonne position pour prendre le leadership national. Des écoles d’ingénieurs sont actives à Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand, de même que les industriels qui fabriquent des poudres et des alliages ou encore les laboratoires où s’élaborent les nouveaux matériaux.

Deux fabricants de machines sont installés en Auvergne. Quant au Centre technique des industries mécaniques (Cetim), il a déjà accompagné 41 entreprises régionales.

 

Au cœur d’un écosystème

Le groupe Michelin, au coeur d’un écosystème de quelque 150 entreprises, a lui développé une expertise en matière de fabrication 3D pour produire à l’échelle industrielle ses moules pour pneus tourisme et poids lourd. Il a créé avec le groupe Fives un joint-venture à 50-50, AddUp, dont le rôle est de concevoir et vendre partout dans le monde des machines et des ateliers de production 3D. D’autres acteurs, tels Aubert & Duval, sont spécialisés dans la transformation à chaud des métaux.

Un tournant est pris en effet par certaines industries comme l’aéronautique ou l’énergie, pour lancer la fabrication en 3D de plus en plus de pièces de petite et moyenne dimensions, réalisées jusque là en fonderie. Constellium, est pour sa part, en train de développer de nouveaux alliages, pour élaborer des produits capables de conserver les propriétés de l’aluminium et de s’adapter à la fabrication additive. Entre Clermont-Ferrand et Saint-Etienne se dessine peu à peu un axe stratégique qui devrait permettre de faire exploser la technologie 3D dans un proche avenir.

 

 

 

Se positionner

Pourquoi se positionner ? Parce que la possibilité de fabriquer des pièces uniques ou des séries limitées à coût raisonnable offre des opportunités attractives au secteur de l’artisanat et du commerce.

Le moment est propice parce que la technologie arrive à un niveau de maturité qui permet l’acquisition d’imprimantes 3D à des prix plus abordables, et aux performances accrues en termes de productivité, de qualité, de résistance des pièces, de compatibilité avec de nouveaux matériaux. La fabrication additive devrait, notamment, relancer les métiers de la réparation et de la fabrication de pièces détachées. À la faveur des nouvelles habitudes de consommation, il peut être envisagé des services d’impression 3D dans les commerces de proximité, comme le modèle des points relais colis.

 

L’équipe Avisé

 

Source : usinenouvelle.com

 

Crédit photo : Pixabay