Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Sécurité des EPI pour l’escalade : soyez vigilant aux justificatifs de conformité et à la traçabilité des produits !

" Les équipements de protection individuelle (EPI) destinés à la pratique des sports d’escalade sont les casques, les gants, les baudriers et harnais, les cordes dynamiques, les ancrages temporaires, etc. 

Lors d'une opération de contrôle sur la conformité physique et documentaire des équipements de protection individuelle (EPI) utilisés dans les sports d’escalade, la DGCCRF a relevé peu d'anomalie. 30 % d'entre elles concernent les seuls justificatifs de conformité, et 8 % la traçabilité des produits.

La lisibilité des informations réglementaires est fréquemment défectueuse sur les produits mis en location ou à disposition réitérée. Certains opérateurs procèdent donc à un marquage de substitution des EPI renvoyant vers un document de suivi. 

Les contrôles de la DGCCRF ont également permis de constater la vente d’EPI d’occasion sans notice d’accompagnement du produit ni fiche de gestion, et la vente en ligne (un cas unique) d’un EPI sans marquage CE. 


Dans le cadre de cette opération, la DGCCRF a effectué 103 visites dans 94 établissements. Elle a ciblé en priorité les responsables de la première mise sur le marché (RPMM) et contrôlé également les magasins spécialisés, les rayons spécialisés de grandes surfaces généralistes, les lieux de location ou mise à disposition dans le cadre d’une prestation d’activité sportive ou de loisir, les dépôts-ventes et les sites Internet. La DGCCRF a constaté que les opérateurs du secteur des EPI pour l’escalade et l’alpinisme sont des professionnels conscients des enjeux de sécurité.

Les établissements de location d’EPI d’escalade regroupent des offices de tourisme, des commerces de proximité diversifiant leur activité, des centres de vacances, des prestataires de sports d’extérieur. Un nombre croissant de communes met des structures artificielles d’escalade à la disposition de clubs ou d’associations, et certaines collectivités gèrent elles-mêmes une base sportive, une via ferrata, une tyrolienne ou un site de saut à l’élastique. "

 

L'escalade est notamment pratiquée en France, par 85 483 personnes licenciées à la FFME (Fédération française de la montagne et de l'escalade). Il s'agit d'un chiffre portant sur l'année 2013. La FFME comptait alors 1 014 clubs, 38 591 compétiteurs et indiquait 250 évènements sportifs par an.

 

 

Sources : DGCCRF, 28/01/2016

Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, 09/2014

FFME, 2013

Crédit photo : Phovoir