Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Crowdfunding : un outil de financement pour les artisans

Dans le secteur du financement alternatif, le financement participatif (ou crowdfunding) à le vent en poupe. Notamment grâce au développement des plateformes. Les artisans sont concernés par ce mode de financement, pourquoi ? Comment ? Et quelques chiffres clés du secteur du financement alternatif.

 

Le crowdfunding en pratique

Sont considérés comme plateformes de crowdfunding, les sites internet permettant à un ensemble de financeurs de choisir de financer directement et de manière transparente et traçable des projets identifiés. Ils sont immatriculés comme intermédiaire en financement participatif, comme conseiller en investissements participatifs ou comme prestataire de services d’investissement.

Pour tout savoir sur le crowdfunding, economie.gouv.fr a mis en ligne un document complet expliquant en détails ce qu’est le financement participatif par rapport à un prêt bancaire classique.

Cet outil de financement alternatif s'adresse à tous: entreprises, particuliers, associations, collectivités. Il se pratique sous forme de don, de prêt ou d'investissement. Pour l'utiliser, il faut se rendre sur une plateforme en ligne dédiée à cette activité. Pour rechercher des plateformes, il existe notamment le portail TousNosProjets.fr proposé par BPIfrance, qui recense 32 plateformes.

différents types de crawdfunding

Source : economie.gouv.fr  " Les différents types de crowdfunding"

 

Pour les artisans aussi

Pour les artisans comme pour tous les entrepreneurs, le crowdfunding est devenu un instrument dans leur plan de financement, au même titre que les prêts d’honneur, les prêts bancaires ou encore, les subventions.  Acheter une nouvelle machine pour sa chocolaterie ou lancer sa distillerie ? Reprendre un salon de coiffure ou élaborer une collection de vaisselle artisanale ? En 2017, les artisans ont collecté plus d’1 million d’euros sur KissKissBankBank. Pour l’artisanat, le crowdfunding est devenu un mode de financement logique.

L’artisanat est à la croisée de plein de domaines : le développement local, le savoir-faire, la vie quotidienne, les services de proximité… Il parle à tous.”, souligne Olivier Sanch, responsable Artisanat de la plateforme. « L’artisanat est partout autour de nous : il réunit aussi bien les métiers de bouche (boulanger, chocolatier, brasseur…) que les métiers d’Art (tapissier, couturier, carreleur…). Et puis, c’est la première entreprise de France avec ces 3 millions d’artisans ! Il nous semblait donc naturel de construire des partenariats solides”, ajoute-t-il.

Avec plus de 260 projets portés par des artisans en 2017, l’artisanat est l’un des secteurs les plus représentés sur la plateforme. Depuis deux ans, KissKissBankBank est d’ailleurs le seul partenaire de CMA France (assemblée permanente des Chambres de métiers et de l’artisanat) et des CMA locales.

 

Source: financeparticipative.org

 

Les chiffres clés du financement participatif

Le secteur de la finance alternative a poursuivi sa croissance en 2018, avec 1,4 milliard d’euros de fonds collectés. Ce seuil du milliard d’euros largement dépassé confirme le fait que la finance alternative s’inscrit durablement dans le paysage national, avec une progression de 39% entre 2017 et 2018.

Des montants multipliés par quatre

Selon le baromètre de référence de la finance alternative et du financement participatif (crowdfunding) publié pour la troisième année consécutive par KPMG et l’association Financement Participatif France (FPF), les montants collectés depuis 2015 ont été multipliés par plus de quatre, passant de 297 millions d’euros en 2015 à 1,4 milliard fin 2018. Cette croissance continue s’explique par le développement de plateformes et l’apparition de nouveaux outils de financement permettant davantage de modèles hybrides.

Le baromètre relève par ailleurs la nette progression du financement des entreprises, en hausse de 31 % par rapport à 2017. Parmi les projets financés par les entreprises, les porteurs de projets sont pour l’essentiel issus de TPE/PME et ETI (72 %), les start-up représentant 20 % des projets.

Le secteur économique absorbe la majorité des fonds collectés (653 millions d’euros), notamment le secteur de l’immobilier (209 millions soit 32 %), les commerces et services (124 millions soit 19 %), l’environnement et les énergies renouvelables (52 millions soit 8 %). Il devance le secteur culturel (44 millions) et le secteur social (28 millions).

 

Source: financeparticipative.org

 

Plus de 33 000 projets financés

Les fonds collectés par le crowdfunding ont atteint respectivement 167 millions en 2015, 234 millions en 2016, 336 millions en 2017 et 402 millions en 2018. Depuis la première publication du baromètre en 2013, la collecte de fonds auprès des particuliers par les plateformes a été multipliée par plus de onze, passant de 36 à 402 millions d’euros.

Les rapporteurs relèvent également une autre tendance notable en 2018 : 33 381 projets ont été financés par le crowdfunding (contre 24 126 en 2017). Pour Stéphanie Ravel, présidente de FPF, «  la croissance  toujours à deux chiffres du crowdfunding est le signe d’une vraie maturité du marché ». Pour Mickaël Ptachek, responsable de la Practice Fintech hez KPMG, « le financement alternatif poursuit sa dynamique auprès des entreprises et propose désormais une offre réellement complémentaire au financement traditionnel des banques ».

 

 

Source: financeparticipative.org

L’équipe Avisé

 

Sources :

financeparticipative.org

tousnosprojets.bpifrance.fr

economie.gouv.fr

 

Crédit photos : Pixabay