Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

PME : un choc d’activité d’une ampleur inédite

En 2020, les PME ont subi un choc d’une ampleur inédite et vu leur situation de trésorerie se dégrader nettement, ce qui les a amenées à réviser profondément leurs projets dans un contexte économique incertain. Toutefois, elles déclarent en très large majorité éviter l’impasse de trésorerie, notamment grâce à la mobilisation des dispositifs de soutien publics. Désormais, plus de la moitié de ces entreprises anticipent un retour « à la normale ».

 

Chiffre d’affaires en recul de – 15% en 2020

Les dirigeants de PME tablent en moyenne sur un recul de 15% de leur chiffre d’affaires en 2020, anticipant une chute inédite de l’activité en 2020 expliquent les auteurs de l’enquête de conjoncture réalisée par BpiFrance Le Lab, en juin 2020.

La baisse d’activité liée à la crise s’explique par la fermeture obligatoire des établissements (pour 47% des dirigeants interrogés) et par les difficultés des PME à produire avec la même efficacité pour servir la demande. Et cela du fait des contraintes sanitaires à appliquer (29 %) ou encore du manque de débouchés (20%) et d’un approvisionnement réduit auprès de leurs fournisseurs (20%).

Les PME du tourisme sont les plus affectées avec une contraction anticipée du chiffre d’affaires de 39% en moyenne. Les régions les plus touchées sont l’Ile-de-France et PACA.

Du fait du recul de l’activité, les dirigeants revoient nettement à la baisse leurs perspectives sur les effectifs mais le solde d’opinion sur l’emploi (-13) reste « supérieur au point bas enregistré pendant la crise financière de 2008-2009 (- 17 en 2009) » relèvent les auteurs de l’étude, grâce aux dispositifs mis en place par le gouvernement, notamment le chômage partiel.

 

Une trésorerie dégradée

La trésorerie s’est dégradée au cours des six derniers mois et resterait difficile à court terme. Toutefois, près de la moitié des PME (49%) jugent leur trésorerie suffisante pour affronter la crise, tandis que 39% estiment que les difficultés rencontrées sont surmontables « au regard des mesures de soutien sollicitées ».

Dès le début de la crise, des dispositifs de soutien -chômage partiel, PGE, reports de charge…- ont été mis en place. Les PME se disent bien informées, peu d’entreprises déclarant ne pas connaître les différents dispositifs. Seules 3% des entreprises seraient confrontées à des difficultés « insurmontables ». 90% des PME déclarent avoir mobilisé au moins un dispositif public, pour pallier leurs besoins de trésorerie.

 

Le PGE fortement mobilisé

Près de la moitié des PME (51%) ont eu recours au Prêt garanti par l’Etat (PGE) : il a permis de maintenir des conditions de financement favorables et de pallier les besoins de trésorerie des PME. On y retrouve en très forte proportion les entreprises rencontrant le plus de difficultés de trésorerie et ayant subi un choc d’activité plus important que la moyenne. 59% d’entre elles conservent une large partie du prêt en réserve de liquidité pour les prochains mois, 33% conservent encore la totalité du prêt.

 

Baisse attendue de l’investissement

Les incertitudes économiques et la faiblesse de la demande pèsent lourdement sur l’investissement, qui devrait se contracter « fortement » cette année. Les PME favorisent en effet le report de leurs projets. 41% des entreprises qui avaient des projets d’investissement avant la crise comptent les maintenir, 41% d’entre elles vont les reporter et 19% vont les annuler.

Les freins à l’investissement sont les contraintes de bilan (niveau de fonds propres, d’endettement) ou de financement. 22% des entreprises se disent prêts à ouvrir leur capital sous la forme de l’arrivée d’un nouvel associé.

 

Vers une reprise d’activité progressive

Environ la moitié des PME dont le chiffre d’affaires a été négativement impacté par la crise estiment que le retour à la normale de leur activité se fera difficilement après la levée du confinement. L’autre moitié anticipe un retour rapide à la normale de l’activité, mais sans rattrapage des pertes accumulées pendant le confinement, pour la plupart d’entre elles. La confiance s’améliore sensiblement depuis le confinement.

Pour Philippe Mutricy, directeur de l'Evaluation, des Etudes et de la Prospective et président, fondateur de Bpifrance Le Lab, « Les résultats de notre enquête auprès de 5500 PME témoignent que la reprise de l’activité est bien enclenchée, même si elle sera progressive. Le niveau des intentions d’embauche reste supérieur à celui connu lors de la crise de 2009. L’investissement résiste avec 8 dirigeants sur 10 qui déclarent maintenir ou seulement décaler leurs projets… Le regain de confiance des PME que l’on constate depuis notre baromètre d’avril laisse espérer que le pic de la crise est désormais derrière nous. »

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

bpifrance-lelab.fr

latribune.fr

 

Crédit photo : Pixabay