Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Retour à la croissance confirmé pour la France

03/12/2021

Après l’Insee, c’est la Banque de France qui confirme la reprise de l’économie française pour le 3e trimestre, soit « nettement plus tôt que prévu ». L’activité a été globalement stable dans l’industrie et le bâtiment et a continué sa progression dans les services marchands. En novembre, les chefs d’entreprise interrogés anticipent une progression dans l’industrie, dans les services et le bâtiment.

 

Nette hausse du PIB

Le PIB devrait dépasser le niveau pré-crise d’environ un demi-point de pourcentage en octobre et de trois quarts de points en novembre. La hausse du PIB serait d’environ +0,75% au 4e trimestre 2021 par rapport au trimestre précédent, indique la Banque de France dans son point de conjoncture française à début novembre 2021.

L’enquête de conjoncture a été réalisée auprès de 8500 entreprises ou établissements, entre le 27 octobre et le 4 novembre. Cette reprise serait tirée par les services marchands dont la valeur ajoutée dépasse depuis septembre son niveau pré-Covid. Celle de l’industrie reste en revanche en deçà, du fait pour l’essentiel du secteur automobile qui subit de fortes difficultés d’approvisionnement et pour un moindre part, l’industrie aéronautique.

Dans les services, la restauration poursuit un net redressement mais l’hébergement, la réparation automobile, les activités de loisirs et les services aux entreprises connaissent aussi une progression.

 

Moins de difficultés de recrutement et d’approvisionnement

Après avoir augmenté en continu lors des mois précédents, les difficultés de recrutement s’atténuent un peu en octobre, notamment dans les services, mais concernent encore 49% des entreprises (contre 54% en septembre).

Dans le bâtiment, les difficultés d’approvisionnement sont un peu moins fortes que le mois précédent et touchent 58% des entreprises (contre 62% en septembre). Elles se maintiennent dans l’industrie (56% des entreprises comme en septembre). Leur impact est plus important dans le secteur automobile, les autres secteurs industriels et le bâtiment restent bien orientés.

 

Capacité de production mieux employées

Dans l’industrie, le taux d’utilisation des capacités de production atteint 76% en octobre, après 77 % en septembre mais reste proche de son niveau d’avant-crise (78% en février 2020). Ce taux recule dans l’automobile après la forte baisse enregistrée le mois précédent (54% en octobre, après 56% en septembre et 70% en août.

Dans plusieurs secteurs de l’industrie tels que le bois, le papier, les industries agro-alimentaires, la chimie, la pharmacie, l’activité a désormais retrouvé son niveau d’avant-crise. Mais elle reste dégradée dans les transports, respectivement 71% et 83% du niveau d’avant-crise dans le secteur de l’automobile et dans celui de l’aéronautique.

Dans les services marchands, l’activité a continué de progresser en octobre : l’amélioration est réelle dans la restauration, l’hébergement, les services aux entreprises, la réparation automobile. En revanche, elle se replie nettement dans les autres services à la personne : coiffeurs, services à domicile…etc.

 

Amélioration prévue en novembre

En novembre, l’activité devrait s’améliorer aussi bien dans l’industrie que dans les services et le bâtiment. L’industrie des équipements électriques, la chimie et la pharmacie devraient connaître les plus fortes progressions. L’activité de l’automobile devrait se redresser après deux mois de forte baisse.

Dans les services, l’amélioration de l’activité est prévue dans tous les secteurs, notamment dans la restauration et le travail temporaire. Dans le bâtiment, l’activité devrait progresser légèrement dans le gros œuvre et de façon plus marquée dans le second œuvre.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

banque-france.fr

lesechos.fr

 

Crédit photo : Pixabay