Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le boom du vélo à assistance électrique

10/08/2018

Se déplacer à vélo est devenu tendance et le marché du vélo est dynamique. Près de 2,8 millions de vélos ont été achetés en 2017 et le marché du vélo d’occasion connait un fort engouement.

Parmi les types de vélo, il en est un qui tire particulièrement bien son épingle du jeu : le VAE, ou vélo à assistance électrique.

 

Les ventes de VAE ont quasi doublé en 1 an

En 2017, près de 255 000 VAE ont été vendus en France, ce qui constitue un record. Les ventes ont quasi doublé en 1 an (+ 90 %) et le chiffre d’affaires a été multiplié par 5 en l’espace de 5 ans d’après les chiffres de l’UNION sport & cycle, organisation professionnelle de la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active.

Ventes VAE France 2009-2017

Pour acheter un VAE, les consommateurs s’adressent en 1er lieu à des détaillants. Les consommateurs sont en attente de conseils de spécialistes et de services sur ces produits à forte valeur ajoutée.

Les détaillants dominent le marché du VAE, avec 59 % de parts de marché en volume, en hausse de 71 % en 1 an. Viennent ensuite :

  • les magasins multisports (24 % de parts de marché, + 138 % en 1 an)
  • les grandes surfaces alimentaires (9 % de parts de marché, + 246 % en 1 an)
  • les grandes surfaces diverses (8 % de parts de marché, + 41 % en 1 an).

L’essor du VAE a un impact positif sur l’économie locale : le réseau des points de vente et d’entretien réparation de vélos et de VAE se déploie et fait un retour dans les centres villes. 

Du côté des usages, « avec un vélo classique, la distance quotidienne moyenne acceptable est de 3,4 km alors qu’en VAE cette distance est passée à 7,6 km », selon une étude de l’Ademe réalisée en 2016.

Le VAE séduit de nouveaux publics encore hésitants vis‐à‐vis du vélo traditionnel. Cette étude de l’Ademe précise que « la moitié des bénéficiaires d’une aide à l’achat d’un VAE opte pour cette alternative à la voiture pour les trajets jusqu’à 15 km. »

« Les prix varient énormément, allant de 700 euros à presque 10 000 euros. Mais la moyenne se situe aux alentours de 2 000-2 500 euros pour les VAE urbains », selon un article du Nouvel économiste. Près de 40 % des VAE vendus en France chaque année sont français.

« Le marché du VAE a un potentiel de croissance considérable » affirme l’UNION sport & cycle. « En France, le VAE représente moins de 10 % des volumes vendus, contre 45 % en Belgique et 19 % en Allemagne, où on estime qu’il pourrait monter jusqu’à 35 % à terme. »

Autre signe de la déferlante VAE : à l’occasion d’Eurobike 2018, le plus grand salon du vélo, qui s’est tenu début juillet, UNION sport & cycle rapporte que « tous les fabricants importants semblent avoir fait des VAE, et surtout des VTT-AE, leur vitrine technologique. Les systèmes de suspension sont apparemment le centre des innovations. »

 

Une aide à l’achat qui booste les ventes

Le VAE se substitue de plus en plus à la deuxième voiture des ménages. L’envie d’agir pour réduire la pollution, d’être actif physiquement, d’entretenir son corps et surtout l’aide à l’achat d’un VAE neuf expliquent ce succès.

La prime pour l'achat d’un VAE neuf a été mise en place le 20 février 2017. Jusqu’au 31 janvier 2018, cette aide représentait un montant de 20 % du prix d’achat dans la limite de 200 euros. Elle a rencontré un vif succès, auquel le gouvernement ne s’attendait pas.

D’après les résultats d’une enquête auprès des bénéficiaires de cette prime à l’achat, « ces derniers ont dépensé en moyenne 1 749 euros pour leur vélo électrique, rapporte un article du Monde. L’aide a profité quasiment autant à des femmes qu’à des hommes (respectivement 48 % et 52 %). Le bénéficiaire type est âgé de plus de 55 ans (68 % des bénéficiaires) et est retraité. La prime a surtout eu pour effet d’aider les retraités qui en ont les moyens (et un endroit pour le stationner) de s’acheter un VAE avec lequel ils effectuent des randonnées, » davantage que les actifs pour des déplacements domicile / travail.

Avant cette aide de l’Etat, les aides à l’achat d’un VAE (proposées par des collectivités) avaient généralement profité à des usagers de 50 ans et plus (58 %), actifs ou retraités, selon une étude de l’Ademe datant de 2016. Les femmes sollicitaient davantage ces aides (58 %). Les deux principaux motifs d’utilisation du VAE étaient utilitaires : à 75 % pour se rendre au travail et à 88 % pour faire des courses. Le motif loisir n’était donc pas majoritaire.

Depuis février 2018, les conditions d’attributions de la prime ont été revues. Ainsi, l’aide est désormais attribuée aux ménages « dont la cotisation d’impôt sur le revenu de l’année précédant l’acquisition du cycle est nulle » (c’est-à-dire non imposables), qui acquiert un cycle AE neuf qui n'utilise pas de batterie au plomb et n'est pas cédé par l'acquéreur dans l'année suivant son acquisition. Une personne physique ne peut en bénéficier qu'une fois.

Cette aide ne peut être attribuée que si une aide ayant le même objet a été attribuée par une collectivité locale. » En Auvergne - Rhône-Alpes, plusieurs territoires proposent aujourd’hui une aide à l’acquisition d’un VAE, dont la Communauté de communes de la Plaine de l’Ain, la ville d’Aix-les-Bains, la Métropole de Lyon, le territoire Nord-Isère.

Etant donné le montant conséquent d’un VAE et les nouvelles conditions d’attribution de la prime, il est fort probable que la prime à l’achat d’un VAE dans sa nouvelle version ne connaisse pas le même succès que la précédente et qu’elle ait moins d’impact sur les ventes de VAE en 2018.

 

Le VTTAE se développe en montagne

Le contexte est favorable au développement du VTTAE en montagne : 35 340 ont été vendus en 2017, contre 15 000 en 2016, soit 2,3 fois plus en 1 an.

D'après les enquêtes de l’UNION sport & cycle, 6 vélos loués en montagne sur 10 sont désormais des VAE.

Pour les vacanciers, le vélo est ainsi synonyme de davantage de plaisir, étant accessible à un plus grand nombre, peut-être moins sportif ou souhaitant se balader en famille. Il est aussi plus propice à la découverte d'un environnement étendu, de cols par la route ou d'endroits non équipés de remontées mécaniques ou en-dehors de la période d'ouverture de celles-ci. »

 

Le recyclage des batteries de VAE

Début 2018, UNION sport & cycle et Corepile se sont rapprochés pour créer une filière du recyclage des batteries de VAE. Dès maintenant, UNION sport & cycle précise que :

  • chaque batterie, mise sur le marché français, fait l’objet d’une éco-participation versée à Corepile par le responsable de sa mise sur le marché
  • les batteries usagées, rapportées par les propriétaires de VAE ou d’E-EDP (engin électrique de déplacement personnel) auprès de points de vente ou détaillants, sont récupérées gratuitement par Corepile pour recyclage

En avril 2018, 350 points de collecte étaient déjà opérationnels dans toute la France. Plus de 5 tonnes de batteries avaient déjà été collectées.

Les magasins spécialisés cycle peuvent devenir point de collecte en se déclarant par e-mail auprès de Corepile (vae@corepile.fr). Ce dernier s’occupe ensuite de venir récupérer gratuitement les batteries usagées auprès des points de collecte pour les recycler. »

 

Le vélo, moyen de mobilité urbaine

Globalement, l’éco-mobilité à vélo est en hausse. « Les professionnels du vélo voient la demande évoluer et cela profite au CA des professionnels, relève Ouest France : vélo électrique, pneus anticrevaisons, freins à disques, casques etc. Souvent, l’achat d’un vélo correspond à l’abandon d’une voiture, donc l’investissement est important. »

Outre le VAE, les vélos de villes, les cargos et les tricyles sont une tendance forte. Cela s’est notamment vu lors du salon Eurobike 2018.

Le cargo-bike, que ce soit dans son utilisation familiale ou utilitaire, y tenait une très grande place. Le cargo bike est majoritairement utilisé par des femmes. Les prix démarrent à 1 500 € sans moteur et 2 300 € avec une assistance électrique.

Plus le taux de pratique du vélo augmente, plus il se féminise. Les femmes sont donc une cible à prendre particulièrement en considération pour la vente de vélo-mobilité en ville.

 

Les déplacements réalisés à vélo devraient continuer d’augmenter. Le gouvernement français a l’ambition de multiplier par 3 la part du vélo dans les modes de transport d’ici les Jeux olympiques de 2024, soit de 2,7 % aujourd’hui à 9 %, c’est-à-dire que sur 100 trajets 9 seraient réalisés à vélo.

Une généralisation de l’indemnité kilométrique vélo (ikv) pourrait y contribuer fortement. Cette indemnité prévoit la prise en charge pour l’employeur de tout ou partie des frais engagés par ses salariés pour leurs déplacements à vélo ou à VAE entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail, sous la forme de cette ikv. L’indemnité est fixée à 25 centimes / km par an et par salarié.

De la même manière que le remboursement partiel de l’abonnement de transports collectifs, l’indemnité kilométrique vélo est exonérée d’impôt sur le revenu.

Pour l’employeur, la participation à l’indemnité kilométrique est exonérée de cotisations sociales, dans la limite de 200 € par an.

« En 2017, seules 85 entreprises la proposaient (représentant 150 000 salariés, soit 0,5 % des actifs, et in fine moins de 10 000 bénéficiaires).

Là où l’ikv a été mise en place, elle a permis de doubler la pratique du vélo en moins d'un an, la faisant passer de 3 % à 6 % de part modale, souligne un rapport remis à la ministre des Transports le 20 décembre 2017. »

Cela sera-t-il annoncé dans le cadre du plan vélo ? Attendu pour le vendredi 26 juillet 2018, son contenu sera finalement connu en septembre 2018, dans une 2nde phase de présentation de la loi d’orientation sur les mobilités, à laquelle il est intégré. Au 25 juillet 2018, certains, tels que la FUB, Fédération française des Usagers de la Bicyclette, craignent un enterrement du plan vélo.

 

 

Pour découvrir les nouveautés du marché du vélo et des accessoires, rendez-vous les 10 et 11 septembre 2018 au salon BikeExpo Lyon.

 

 

L’équipe Avisé

 

Sources : UNION sport & cycle, 04/2018

UNION sport & cycle, 21/09/2017

Le nouvel économiste, 21/06/2018

Le Monde, 08/10/2017

Ministère de l’Economie, 25/01/2018

UNION sport & cycle, 16/04/2018

Portail de l’Economie, des Finances, de l’Action et des Comptes Publics, 25/01/2018

Ademe, 09/2017

UNION sport & cycle, 04/07/2018

UNION sport & cycle, 13/04/2018

Ouest France, 05/03/2018

Villes cyclables, 2012

Localtis, 20/12/2017

 

Crédit photo : Pixabay