Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le déménagement, un service pouvant encore se développer

Chaque année environ 3 millions de ménages français déménagent pour des raisons personnelles ou professionnelles. Cependant, seulement un tiers de ces ménages fait appel à un déménageur professionnel. Cette faible proportion s’explique par différents facteurs : des prix estimés élevés par les consommateurs et une concurrence qui se développe avec l’apparition de nouveaux acteurs.

 

Les chiffres-clés du secteur

Selon une étude Cofidis/CSA Research, 16 % des Français envisagent de déménager en 2019.  Sur ceux qui déménagent, seuls 24 % font appel à des professionnels, principalement à cause du coût. Ce sont principalement des retraités (48 %) et les 50 ans et plus (40 %) qui utilisent ce type de service.

Le chiffre d’affaires annuel du marché du déménagement en France s’élève à 800 millions d’euros. Le marché du déménagement est en constante progression sur les dernières années. Il s’est rapidement remis de la crise économique de 2008/2009 pour atteindre des taux de croissance pouvant aller jusqu’à 8 %. Selon la Chambre Syndicale du Déménagement, principal syndicat du secteur, le marché comprenait plus de 1 600 entreprises françaises pour près de 10 000 salariés en 2016, les deux tiers de ces entreprises comprenant moins de 10 salariés. Les perspectives de croissance du secteur restent importantes avec une forte réserve de clientèle.

Lire aussi : Le déménagement fait sa mue

 

Une profession qui répond à des normes précises

Le secteur du service de déménagement est référencé sous le code APE 49.42Z-Z dans la Nomenclature d’Activités Françaises de l’Artisanat (NAFA). Il comprend toutes les activités que sont les services de déménagement par transport routier. Les activités de garde-meuble ainsi que de livraison ou installations de meubles ne sont pas comprises dans ce secteur.

En France, le secteur est soumis à des normes strictes et précises contenues dans la loi du 30 décembre 1982 d’orientation des transports intérieurs, dite LOTI. Cette réglementation s’applique à toutes les entreprises de transport routier pour le compte d’autrui dès lors que ce transport est motorisé.

Pour prétendre au titre de professionnel, un déménageur se doit de remplir plusieurs obligations. Tout d’abord, il doit être inscrit dans un registre tenu par le préfet de région et géré par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement). L’exercice de sa profession répond à quatre exigences :

  • L’exigence d’établissement : l’entreprise est établie de façon stable dans un État membre de l’Union Européenne.
  • L’exigence d’honorabilité professionnelle : absence d’infractions ou de condamnations délictuelles des responsables de l’entreprise.
  • L’exigence de capacité professionnelle : attestation de capacité professionnelle correspondant à l’activité exercée (attestation obtenue par le biais d’un examen, expérience professionnelle validée ou diplôme).
  • L’exigence de capacité financière : l’entreprise dispose d’un certain montant de capitaux propres en fonction du nombre de véhicules utilisés.

Pour les entreprises utilisant des véhicules dont le poids total excède 3,5 tonnes de poids maximum autorisé, une licence de transport intérieure est également requise.

 

Une nouvelle concurrence avec le développement de plateformes

Un nouveau défi est apparu ces dernières années pour les déménageurs avec le développement de « l’économie collaborative » et l’apparition de multiples plateformes en ligne. Ces dernières  mettent en avant des prestations de particuliers pour des coûts moindres. L’écart de prix avec les sociétés de déménageurs peut convaincre les ménages les plus modestes qui peuvent considérer les tarifs des sociétés comme trop élevés. Les populations les plus jeunes sont également plus sensibles à cet argument du coût moindre en raison d’un budget généralement plus serré.

Afin de lutter contre cette nouvelle concurrence, les entreprises de déménagement mettent en avant leur savoir-faire et le fait qu’elles proposent des prestations plus complètes et qui bénéficient de garanties –en cas de vol ou casse–  plus importantes. Le recours à des particuliers qui « louent leurs bras » par le biais de plateformes collaboratives peut être problématique dans la mesure où il n’y aucune garantie solide en cas de problème.

Un professionnel proposera un devis listant les différentes garanties qu’il peut proposer ainsi que leurs tarifs. La garantie minimum va couvrir tous les dommages découlant de la responsabilité du professionnel. Une « assurance dommages » pourra également être souscrite pour couvrir l’ensemble des risques.  À noter que la réalisation d’un déménagement par un déménageur est intégrée à un contrat de transport avec une prescription d’un an à compter de la réception des meubles.  

L’un des principaux reproches fait aux plateformes est qu’elles représentent une concurrence déloyale pour les professionnels car elles ne sont pas soumises aux mêmes contraintes. Certains abus ont également ont pu être noté comme le travail non déclaré. Pour éviter toute dérive, la profession a signé en 2015 une convention avec l’État. Ce processus se fait aussi au niveau régional avec, par exemple, la signature le 10 avril 2019 d’une convention avec la Région Grand-Est afin de lutter contre le travail illégal dans le secteur.

 

L'équipe Avisé

 

Sources :

ecologique-solidaire.gouv.fr

transportissimo.com

papernest.com

cofidis.fr

 

Crédit visuel : Pixabay