Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Les ventes de fleurs et plantes d’intérieur en repli

13/12/2018
Mots-clés: 

Selon une étude Xerfi, le marché des végétaux d’intérieur s’inscrira en baisse de 3% en valeur en 2018. Un diagnostic posé après un premier semestre jugé décevant sur le front de la consommation des ménages. Le ralentissement de la création nette d’emplois, le retour de l’inflation et l’alourdissement de la fiscalité en début d’année (hausse de la CSG…etc.) ont pesé sur le pouvoir d’achat des ménages.  Cette conjoncture aura été néfaste aux dépenses arbitrables comme les végétaux d’intérieur, note Xerfi. Et ce alors que l’achat de plantes et fleurs offertes à l’occasion de la fête des mères ou de la Saint-Valentin, est soumis à une concurrence toujours plus vive d’autres produits tels que les cosmétiques, les parfums, les bijoux.

 

Les fleuristes restent en tête

Dans ce marché en recul, les fleuristes ont toutefois conservé leur image de spécialistes des fleurs et plantes d’intérieur : grâce à leurs conseils, ils restent le circuit privilégié des consommateurs, notamment pour les végétaux à offrir. Ils ont ainsi généré 62% des ventes de fleurs et plantes à l’occasion de la Saint-Valentin. Selon le panel Xerfi, le chiffre d’affaires des fleuristes devrait donc progresser de 0,5% en 2018 et de 1% en 2019.

Pour leur part, les GSA – qui ont pesé pour 19%  des achats en valeur en 2017- ont parié sur des politiques tarifaires agressives pour faire la différence et rivaliser avec les fleuristes en termes de volumes de ventes. Mais un assortiment limité et la perception d’une qualité moindre restent pénalisants.

Les jardineries qui ont absorbé 11% des ventes en 2017, continuent quant à elles de bénéficier d’une image de spécialistes des végétaux pour maintenir leur part de marché.

 

La marge s’améliore

L’étude Xerfi met également en avant une amélioration de la marge commerciale des fleuristes, soutenue par la forte hausse du prix des fleurs et des plantes. Le taux de marge a progressé de 0,2 point pour atteindre 56% de leurs ventes de marchandises en 2017. Une tendance qui se confirme sur une moyenne période en raison de la montée en puissance des centrales d’achat dans le secteur. De plus en plus de fleuristes indépendants adhérents à un réseau de transmission florale, allègent ainsi leurs coûts d’approvisionnement.

 

L’équipe Avisé

 

Sources:

jardinerie-animalerie-fleuriste.fr

xerfi.com